La perception de l’iPhone X… mais surtout du reste.

Les médias s’éclatent avec l’iPhone X, qu’ils prononcent souvent « ixe » au lieu de « dix », même si la confusion est facile, il y a tout de même une logique à respecter, en ces dix ans de l’iPhone.

A coup de « téléphone qui coûte un smic », comme s’ils réduisaient les possibilités d’un couteau suisse à la seule fonction de cure-dents. Le smartphone n’est à leur yeux qu’un simple téléphone.

Mais pourquoi font-ils cela ? Au delà d’énerver les fanboys de la pomme mais aussi les anti-Apple, leur seul but est de créer des réactions sur un produit autant convoité que détesté. Faire du clic, captiver l’attention de la ménagère au journal télévisé, pour augmenter leurs revenus grâce à de l’audience, et donc, en bout de chaîne, de l’argent de la publicité. D’ailleurs vous lisez probablement cet article car il contient « iPhone X » dans le titre…

Ces mêmes « journalistes » qui, d’ailleurs, sans l’avouer feront partie des premiers à lâcher un smic pour en avoir un, ou au contraire à déranger leur collègue pour juste toucher ce produit horriblement cher et s’assurer que ça ne vaut pas le coup (coût).

Chez les concurrents coréens, le smartphone sorti 1 semaine plus tard est affiché à 1009€, mais tout le monde s’en fiche, car ça n’intéresse que ceux qu’ils l’achèteront, contrairement à la marque californienne.

Ce déploiement médiatique alimente aussi une certaine espèce d’individus, moins « ultras » mais pire que des sangsues : les bienpensants qui croient être meilleurs que vous pour gérer votre budget.

Je le répète en grands caractères : LES BIENPENSANTS QUI CROIENT ÊTRE MEILLEURS QUE VOUS POUR GÉRER VOTRE BUDGET.

Tout ceci pour pas grand chose d’ailleurs !

Qui autour de vous possède le dernier iPhone 8 ? Peu de gens, voire personne.

Qui va acheter l’iPhone X ? Pas plus de monde.

Qui à celui de 2016, l’iPhone 7 ? Quelques uns.

Qui en possède un plus ancien ? Une bonne partie.

Alors pourquoi tant de discussions houleuses ?

Ce qui est intéressant c’est que celui qui a été le pigeon de 2016 (selon la masse qui-sait-tout), ne l’est plus en 2018 pour peu qu’il n’ait pas succombé au dernier modèle en date. Il passe dans la catégorie « moins con qu’un fan de la marque ».

Pourtant la personne est la même et son joujou également. Ne serait-ce donc qu’une histoire de perception ?

Au diable le plaisir !

Qu’en est-il de ceux qui achètent des montres à plusieurs milliers d’euros ? Des imbéciles me direz-vous ? Parmi vos contacts Linkedin vous devez en détester plus d’un !

A quoi sert la décoration dans une maison, un appartement, si ce n’est à gaspiller de l’argent ?

Pourquoi aller dans un hôtel de charme alors qu’il y a AirBnB ?

Pourquoi employer du personnel de ménage alors qu’on peut le faire soi-même ?

Pourquoi voyager en première classe alors que l’avion n’ira pas plus vite qu’en classe éco ?

Pourquoi prendre la voiture pour aller bosser alors que la ligne de bus vous mènera au même endroit ?

Quitte à avoir une voiture pourquoi ne pas acheter une Dacia plutôt qu’une Peugeot toute équipée ?

Pourquoi un tiers des français dépensent 100€/mois (minimum) pour fumer des cigarettes ?

Pourquoi acheter un grand cru plutôt qu’un vin de table ?

Pourquoi ceux qui se font plaisir doivent-ils toujours se justifier ?

Des faux aux vrais besoins.

Et admettons que le plaisir soit superflu, un tel bijou technologique ne permet-il pas de « produire » tout simplement ?

N’est-il pas l’objet que vous touchez plus que votre femme ou que votre propre corps ? (oui oui calculez…)

N’est-il pas l’objet qui vous fait hésiter sur l’utilisation d’un nouveau pc à la maison ?

Ne remplace-t-il pas pour beaucoup de monde un appareil photo, une caméra, un gps, un ordinateur, une montre, un réveil ?

La plus jeune génération passe la majorité de son temps sur ces petits écrans. La télé ne les intéresse pas, et l’ordinateur, qui faisait rêver en 2000 les trentenaires d’aujourd’hui, ne les attirent guère plus.

N’est-il pas plus ridicule de posséder une TV 4K allumée seulement une heure par jour, un ordinateur qui n’est utilisé que deux heures grand maximum, une tablette laissée à l’abandon et un reflex ou un appareil photo qui traîne dans le placard ?

Dans un monde ou le wifi est partout, la 4G commence à frôler « l’illimité », la création de contenus n’a jamais été aussi importante, et les échanges (notamment via les réseaux sociaux) sont décuplés, n’est-il pas plus intelligent de dépenser son budget dans un doudou qui vous plaît ?

Et qui sait, si vous l’utilisez pour faire autre chose que de consulter, et que vous passez la barrière de la création, ne sera-t-il pas votre outil de production principal ?

Ce simple téléphone, s’il est utilisé comme un téléphone par vos « conseillers financiers bienpensants », n’est effectivement pas du tout rentable pour eux. Mais pour vous, qu’il s’agisse d’un iPhone, d’un Galaxy Note ou d’un Huaweï, comment l’utilisez-vous ?

Que ce soit pour l’exploiter au maximum ou juste car vous trouver le design sympa, personne ne devrait juger vos goûts (sauf si vous avez braqué une banque pour trouver les fonds nécessaires, auquel cas il s’agira de votre comportement qu’il faudra juger).

Vous aimez les pommes ?

Achetez-vous toujours vos produits en fonction des spécifications techniques ? Si oui je ne vous envie pas.

Les spécifications sont l’équivalent d’ingrédients que vous utilisez en cuisine. Donnez moi une liste de 10 ingrédients et donnez la même à Paul Bocuse, je ne suis pas sûr d’arriver au même résultat, et vous ne me paierez pas la même somme pour y goûter. Pourtant sur le papier nous avions bien les mêmes éléments.

Hors, c’est la recette et le savoir-faire qui font la différence.

Ne serait-ce pas l’expérience dont sont fous les fans de la pomme ? Bien plus que l’objet en lui même qu’i remplaceront religieusement chaque année.

La tarte aux pommes de votre grand-mère est sans doute selon vous meilleure que celle de la mienne. Evidement je ne suis pas d’accord, mais je comprends parfaitement en me mettant à votre place que ça soit votre avis. Nul besoin de rentrer en conflit.

Valeur perçue et contexte.

Si je vous vends aujourd’hui une bouteille d’eau à 1€, puis une semaine plus tard, la même bouteille d’eau à 10€, et dans un an je vous la vends 1000€. La plupart vont trouver cela ridicule.

Si je vous dis que aujourd’hui vous êtes dans votre ville de résidence, que dans une semaine vous êtes dans un hôtel à Dubaï et que dans un an vous serez perdu en plein désert.

Les prix annoncés ne seraient-ils pas finalement acceptables ?

Evidemment que oui ! Car pour un même objet, une même chose (vitale dans cet exemple), la valeur perçue de ma bouteille d’eau est décuplée. Le tout en fonction de votre besoin, de votre envie et du contexte.

La valeur perçue d’une marque comme celle à la Pomme est justement très élevée. Si la marque vous proposait des smartphones à 300€, vous auriez un vilain doute quant à sa qualité.

Une oeuvre d’art sans contexte et si elle ne se réfère pas à votre culture n’aura à vos yeux que la valeur de ses matériaux.

Révélation : Savez-vous qu’un billet de 100€ ne coûte pas 100 € à produire ? Il est juste un moyen d’échange pour obtenir 100€ de ce que vous voulez.

C’est une valeur que nous lui attribuons. Pour la technologie, les objets ou même les aliments, c’est un peu la même histoire…

Votre première guitare, votre alliance ou le premier dessin de votre enfant ont une valeur sentimentale, qui dépasse leur valeur réelle.

Et c’est en ça que l’iPhone est à la fois passionnant pour certains et désespérant d’autres. La marque vend des émotions et met tout en oeuvre pour proposer, via ses produits, une extension de votre façon de penser : des émotions, un attachement.

Les spécifications techniques sont annexes là où ceux qui n’éprouvent aucun attachement à la marque les scrutent dans une totale incompréhension.

Beaucoup de marques utilisent les mêmes codes, mais elles ne sont pas autant « grand public » et universelles.

Apple c’est que de l’image, du « bling bling ».

Si vous en êtes là et que vous pensez ainsi, vous avez perdu votre temps à lire les précédents paragraphes…

Vous pensez qu’un smic c’est hors de prix pour un simple « téléphone » ?

Vous pensez que iOS est une pompe à fric ? Vous préférez peut être même Androïd car oui ça c’est pour les vrais passionnés de technologie ?

Juste un lien et point de mots : http://www.vertu.com/fr/fr/collections/

Peace and Love.

Dites-vous que quelque part dans le monde, certains font des choix par profonde envie que vous n’accepteriez pas de faire, même si l’on vous payiez juste pour les expérimenter.

Je pense simplement qu’en acceptant que chacun est une perception différente des choses (ou même mieux que chacun essaye de comprendre la perception des autres), tout pourrait s’expliquer, sans aucune explication.

Au plaisir de vous lire, en toute détente 🙂

www.laperceptiondeschoses.com

La perception des choses

La perception des choses ou comment configurer son esprit autrement.

Aujourd’hui je lance une série d’articles (ou de podcasts, cela dépend de si actuellement vous me lisez ou si vous m’écoutez), à propos d’une thématique au centre de nos vies, celle qui peut vraiment tout changer : la perception des choses.

Régulièrement je vais vous aider à mieux apprécier ce qui vous entoure. Que ce soient des objets, des personnes, des lieux ou même certaines situations auxquelles vous serez confronté.

L’objectif étant de mieux appréhender les opportunités offertes par la vie, mais aussi les menaces et les difficultés qui apparaîtrons sans prévenir.

Entre conseils pratiques et réflexions philosophiques, vous développerez naturellement vos compétences pour enfin trouver votre vraie place, pour vous sentir exister et devenir acteur de votre propre vie, de votre quotidien, mais surtout pour avoir des projets et avancer sans aucune crainte vers l’avenir.

Que votre intérêt soit de gagner du temps, de l’argent, ou l’envie de plus de liberté et de découverte dans la vie de tous les jours, utiliser vos propres compétences peut vous changer la vie.

C’est simple, la meilleure ressource de votre succès… c’est vous !

Le problème majeur de nos vies c’est que, lorsque l’on naît, ni notice ni mode d’emploi ne nous sont fournis pour parfaitement maitriser nos émotions, nos envies, notre corps, notre capacité intellectuelle et encore moins les situations banales ou extraordinaires qui viendront s’inviter tout au long de notre existence.

D’ailleurs, même si un manuel existait il ne serait pas universel, chaque humain étant différent, il faudrait alors créer un mode d’emploi pour chacun de nous sur cette terre. Et ça vous le savez ça ne fait pas partie du kit que l’on vous remet à la naissance.

Vous êtes la clé de votre succès mais attention, revers de la médaille, vous pouvez aussi bien être la cause de nombreux de vos échecs…

Nous ne sommes pas tous venus au monde avec les mêmes cartes, nous n’utilisons pas tous les mêmes règles du jeu. Mais au fond n’est-ce pas ça qui est si excitant ? Composer avec ce que la vie nous propose, en tirer le maximum à chaque instant, au cas où les règles du jeu changeraient ou que des cartes disparaitraient soudainement.

Au fil des jours nous allons essayer d’avancer, de vous faire voir plus clair, pour apprécier le moment présent et être confiant vis à vis du futur.

Pour y parvenir, je vais vous partager mes idées, mes humeurs, mes stratégies, mes questionnements et mes réflexions.

J’aborderai des sujets légers, qui pourront même paraître futiles de prime abord, mais aussi des sujets plus profonds qui demanderont plus de réflexion. Le point commun sera toujours le même : comment utiliser sa perception des choses, pour réussir à avancer, à progresser, dans toutes les situations ou contextes imaginables.

Qui suis-je ?

Avant tout, je suis un passionné de résolution de problèmes qu’ils soient des plus minuscules aux plus profonds. Attention je n’aime pas les problèmes ni les créer, mais je les apprécie une fois résolus, pour ce qu’ils me permettre d’accomplir et pour la joie d’avoir réussi à les démonter et les dépasser un par un.

Je suis également un passionné d’optimisation, si je devais définir ce terme ce serait « comment faire mieux avec moins ».

J’apprécie la nouveauté en général, l’évolution, les découvertes et les curiosités en tout genre. Je suis aussi attiré par la création de « systèmes » , qu’ils soient pour apprendre, se détendre ou travailler. Enfin je suis un inconditionnel de tout ce qui peux me procurer toujours plus de liberté.

J’ai envie de vous aider à gérer votre quotidien plus facilement pour  envisager plus facilement un avenir prometteur et ambitieux grâce au développement de vos connaissances et de vos compétences.

Attention, je ne dirige aucune secte, je ne suis pas un gourou, ni un vendeur de solutions miracles. Je partage simplement mes idées, celles auxquelles je crois au moment présent et dont je sais qu’elles ne sont pas universelles et que tout le monde ne peut pas y adhérer pleinement.

D’ailleurs que je ne cherche pas à être populaire ni à obtenir des félicitations dans les unes des journaux. De simples retours positifs de lecteurs ou d’auditeurs suffiront amplement à me satisfaire, notamment le votre si j’ai pu vous aider d’une quelconque manière à vous sentir mieux dans votre vie.

Je produirai des contenus (audios, écrits et parfois des vidéos), au fur et à mesure des jours, de votre motivation et de ma capacité à vous écrire ou vous parler (cette dernière depend essentiellement de votre motivation et de vos retours).

Vous allez apprendre à mes côtés pourquoi, quand et comment créer de la valeur dans votre vie, sans même y réfléchir, de sorte à développer une sorte de réflexe, une chose d’innée, systématique qui vous poussera vers le mieux.

Je suis convaincu qu’au fond de vous, vous possédez déjà l’énergie nécessaire à votre propre accomplissement, ça n’est qu’une question de temps et de mode d’emploi !

Pour que vous puissiez avancer sur l’amélioration de votre vie tout en ne perdant pas de temps dans votre quotidien, je crée systématiquement une version audio des articles, version dans laquelle je lis, tout simplement, ce que je viens d’écrire.

Je suppose que vous m’écouterez ainsi lorsque vous êtes en voiture ou dans les transports en commun, pendant le trajet pour aller au boulot le matin ou en revenir le soir, peut être même avant de fermer les yeux, plutôt que de rester devant la télévision. Et pourquoi pas pendant que vous cuisinez, que vous étendez votre linge ou que passez le balai ? Bref quand vous le souhaitez même s’il s’agit d’endroits incongrus, cela ne me regarde pas.

Je m’arrête ici pour cette introduction, vous retrouverez les articles sur www.laperceptiondeschoses.com, mais aussi sur facebook, linkedin et medium. Pour les versions audios elle seront toujours sur le site www.laperceptiondeschoses.com, ou directement sur soundcloud, apple podcasts ou les plateformes de podcasting les plus connues.

A très vite,

Bonne journée.

Comment trouver un job sans postuler ?

Trouver un job sans postuler ou comment devenir une EVIDENCE !

J’aurai pu vous vendre une technique révolutionnaire. C’est d’ailleurs ce qui était prévu initialement, je devais en faire une formation privée et payante en vidéo. Mais vous cherchez sans doute un job, je ne vais pas vous demander d’argent pour cela !

J’ai préféré rédiger un article plein de bon sens et vous le partager. Si mes conseils vous semblent utiles, je compte sur vous pour les diffuser.

SOMMAIRE :

Le constat

Les annonces d’emplois

L’état d’esprit

Chers ex-collègues recruteurs

La technique :

Etape 1 : Remplir votre profil Linkedin

Etape 2 : Chercher des offres intéressantes

Etape 3 : Retour sur Linkedin. Oui oui déjà.

Etape 4 : Attirer l’attention (facilement)

Etape 5 : Boire un café peut tout changer

Etape 6 : Créez votre CV .pdf (non nécessaire précédemment)

Etape 7 : Patientez un peu

Etape 8 : Créer du contenu

Etape 9 : Suprise inédite

Etape 10 : Récoltez ou semez à nouveau

_____________________________________________________________________

Le constat

Vous recherchez votre premier boulot, peut être même le dixième, ou vous souhaitez simplement en changer sans pour autant passer votre journée à répondre à des annonces, à rédiger des CV ou des lettres de motivation. Eviter de perdre du temps et de perdre confiance devraient être vos premiers impératifs.

Non cet article n’a pas un titre aguicheur sans véritable fond derrière. Mieux que d’avoir moi-même cherché du boulot en tant que salarié ou des clients en tant qu’entrepreneur, c’est mon expérience qui vous parle. Ancien switcher compulsif jonglant avec les cdi j’ai bien dû développer une façon plus rapide d’y parvenir que le process habituel que vous utilisez. Le plus drôle c’est que j’ai moi-même été recruteur pendant près de trois ans en même temps que j’exerçais d’autres fonctions. Et si j’avais pu avoir l’ensemble de mes candidats avertis de cette façon simple de trouver du travail, chacun aurait gagné du temps, de l’énergie, de la stabilité, de l’argent et surtout de la franchise !

Amis consultants, adaptez ce que je vais vous détailler directement à votre activité et vous verrez que ça fonctionnera également pour trouver des clients.

Les annonces d’emplois

Je ne vous épargnerai pas la recherche sur l’Apec, Monster, Indeed, Cadremploi mais je vais vous éviter de postuler, de faire une lettre de motivation, de mentir et surtout de vous décourager.

Je vous donne le meilleur processus et le timing parfait pour :

– Créer votre CV

– Enrichir votre profil Linkedin

– Vous faire contacter par le moyen que vous préférez (email, téléphone, Linkedin…)

– Développer votre réseau

– Créer de la valeur et surtout vous faire comprendre celle que vous avez déjà

– Rester motivé et concentré

L’état d’esprit

Plutôt que de clamer haut et fort vos compétences, pourquoi ne pas les mettre directement en pratique ? Pourquoi ne pas vous laisser la chance d’être repéré ? Vous avez peur que ça prenne trop de temps ? Peur de dépenser trop d’énergie alors que vous cherche juste à travailler ?

Connaissez-vous la durée moyenne d’inscription d’un demandeur d’emploi au Pôle Emploi ? Moi NON, car je m’en fou royalement et vous devriez aussi ! Là n’est pas votre priorité. Chercher des excuses ou se dissimuler derrière une moyenne n’a jamais permis de trouver un job ou des clients !

Etre dans une situation de recherche est difficile. Lire des conseils de personnes ayant un boulot et qui sont payés bien au chaud pour les rédiger est plus qu’énervant, c’est pourquoi je vous précise que tout ce que vous lirez est issu des périodes où je voulais changer de boulot, j’ai été demandeur d’emploi, des périodes où je cherchais des clients (sans envie de faire faire de la prospection), des périodes de creux.

Le problème des recruteurs

Si vous demandez à un recruteur ses difficultés il vous dira “pas assez de profils”, “peu de bonnes candidatures”, “trous dans le cv”, “manque d’expérience”, “compétence non adaptée”…

Si je vous demande vos difficultés de candidat vous me direz “pas assez d’offres intéressantes”, “pas de réponses”, “peu d’entretiens”, “annonces copiée/collée”, “trop de job boards”…

Trop de recruteurs abusent de leur “statut” et de leur autorité. Selon eux ne pas contacter un candidat non retenu est normal “ils n’ont pas le temps”. Selon eux lorsqu’un entretien s’est passé moyennement, il est assez clair qu’il n’y aura pas de suites favorables et peu de nécessité de garder contact. En gros si vous ne rentrez pas dans leurs cases vous ne les intéressez pas. Si vous avez des compétences assez poussées mais qu’elle ne rentre pas dans ce qu’on leur a demandé, vous passez à la trappe.

Chers ex-collègues recruteurs

Un tips gratuit pour ne pas prendre les gens pour des cons. Si vous être tant débordés et qu’il vous est impossible de prendre 30 sec pour appeler un candidat non retenu ou lui faire un message (même un sms, on est en 2016 !) car vous être trop occupé à mettre à jour votre description LinkedIn de type “Rejoignez notre super boîte, avec plein de valeurs, un management à taille humaine et un esprit startup”. Pourquoi ne pas simplement demander à chaque candidat reçu en entretien de vous relancer lui-même à J+7 ? Non pas juste attendre et penser que c’est normal qu’un candidat vous recontacte, mais vraiment programmez un créneau pour que le candidat lui-même vous rappelle. C’est tout bête mais ça vous permet de gagner du temps, de mettre de côté les moins motivés et de constituer votre réseau (un candidat recalé reste un être humain avec des compétences) ! D’ailleurs les candidats qui vous contacteront (quasiment tous), dites-leur la vérité s’ils ne sont pas retenus bon sang !

Si vous saviez le nombre de boîtes que j’ai “blacklisté” sans qu’elles le sachent… N’ayant pas un fond méchant je ne leur fais pas activement de mauvaise publicité, préférant me consacrer à mon business, mes clients, mes contacts et vous qui me lisez, c’est plus intéressant, non ?

Fini le Blabla, A NOUS CHERS CANDIDATS.

Etape 1 : Remplir votre profil Linkedin

Et ce jusqu’à l’obtention du grade “expert absolu”. Non je ne suis pas fou ni en train de jouer ! Lorsque vous obtenez ce grade vous êtes certains de démultiplier la puissance de votre profil, je vous laisse d’ailleurs consulter les guides Linkedin très bien expliqués pour de plus amples détails. On continue :

Titre du profil : il doit être clair et précis. Je ne vous conseille pas de signaler que vous recherchez un emploi ni que vous êtes disponible. Si un recruteur veut vous rencontrer c’est la première question qu’il vous posera et c’est d’ailleurs pour lui un bon moyen de vous contacter. Ça donne également au recruteur la sensation de trouver le profil que ses concurrents n’auront peut-être pas contacté. Cela vous permet de ne pas être en position de faiblesse, surtout si vos recherches s’éternisent et que vous communiquez souvent, sans quoi on se rappellera de vous comme “celui qui n’a toujours pas trouvé de travail”. Votre métier n’est pas d’être “disponible”, il est d’exercer telle ou telle fonction, c’est tout pour le titre.

Photo de profil : Une photo plutôt neutre qui vous représente. Si vous êtes discret évitez les folies. Si vous ne portez pas de cravate, n’en mettez pas sur votre photo. Portez la tenue que vous porteriez au quotidien, tout simplement. Restez une personne qui ne ment pas, même sur une simple photo c’est inutile de tricher.

Votre parcours détaillé : Pourquoi ne pas inclure de la vidéo dans chacune de vos expériences ? Choisissez-en une présentant le détail de vos missions ou, si vous êtes plutôt timide, simplement la vidéo institutionnelle de votre ancienne entreprise.

Conseil : Si vous êtes chimiste par exemple, n’ayez pas peur de vulgariser votre activité, car vous seriez peut-être le seul qui, en simplifiant un métier complexe, arrivera à séduire un recruteur ! Ne vous trompez pas d’audience : Vos premières cibles sont les chargé(e)s de recrutement : Pensez-vous qu’un recruteur est aussi compétant que vous dans votre domaine ? Non !

N’oubliez pas de choisir des compétences clés, elles permettent rapidement de cerner votre profil, améliorent l’attention du recruteur sur votre profil et permet à vos anciens collaborateurs de les valider simplement. Un exemple ci-dessous :

Etape 2 : Chercher des offres intéressantes

Allez visiter l’ensemble des job boards. Mais ne postulez pas, surtout pas pour le moment ! A moins d’avoir une chance de cocu (oui le mot est lancé), vous pensez que vous allez coller à 100% au poste et vice-versa ? Il y a avouez-le peu de chance ou alors c’est que de lire cet article permet d’obtenir de magnifiques pouvoirs !

Repérer les sociétés qui recrutent et faire une liste, par exemple : SOCIETE, POSTE, COMPETENCES CLES.

NE POSTULEZ PAS !

Etape 3 : Retour sur Linkedin. Oui oui déjà.

Maintenant allez chercher des informations sur la société, trouvez sa page entreprise, si elle n’en a pas c’est encore mieux, vous pourrez proposer de l’animer plus tard, car oui maintenant cela fait partie de vos compétences ! Quoi de mieux pour vous lorsque vous serez embauché de développer votre réseau en créant la marque entreprise de votre propre employeur ?

Une fois un maximum d’informations collectées, allez visiter les profils de personnes travaillant dans la société (grâce à l’outil de recherche avancée de Linkedin).

Etape 4 : Attirer l’attention (facilement)

1/ Visitez le profil du/de la DRH de la société, allez comprendre son parcours, vérifiez si la personne est passé par des sociétés que vous connaissez (ou dont vous connaissez quelqu’un qui y travaille), peut être avez-vous suivi la même scolarité ? Faites-vous partie du même club de sport ?

2/ Visitez le profil du PDG/DG/CEO, même combat sauf que là imprégnez-vous du pourquoi cette personne a créé sa société, de quoi est-elle fière ? Vous inspire-t-elle confiance et vous retrouvez-vous dans ses valeurs ?

Visiter le profil d’un membre lui crée une notification, alors pourquoi s’en priver ?

Etape 5 : Boire un café peut tout changer

On continue sur Linkedin et maintenant on va chercher à rentrer en contact avec un ancien salarié avec pour seul but : boire un café ! Pourquoi un ancien salarié ? C’est le seul qui pourra vous parler sans gêne et avec franchise. Si vous rencontriez un salarié qui est actuellement en poste il vous dirigera aussitôt vers la DRH ne souhaitant pas “se mouiller” ou prendre partie dans un process qui ne le concerne pas. La simple peur de commettre une faute peut aussi brider sa sympathie.

Avec cet ancien salarié soyez comme toujours sincère dès le début, en lui expliquant que vous recherchez un nouvel emploi et que c’est ainsi que vous avez trouvé son profil. Peut être avez-vous déjà une idée de ce que vous pourriez lui apporter ? Un contact qui l’intéresse ? Une idée en rapport avec son job actuel ? Un article qui pourrait l’intéresser ? Le but n’est de manipuler personne, mais de se créer un petit réseau basé sur le gagnant- gagnant (à défaut le donnant-donnant), si la personne est inscrite sur linkedin c’est justement ce qu’elle est à même de rechercher, agrandir son réseau.

Rencontrez-la ou passez-lui un coup de fil si elle n’est pas dans la même région que la vôtre. Peut être qu’elle vous mettra en relation avec un ancien salarié ou qu’à l’issu de votre échange elle vous recommandera (dans une moindre mesure) à ses anciens collègues.

Et si cette personne vous annonçait que dans sa boîte actuelle un poste est disponible ? Si elle vous le disait avant même qu’une annonce d’emploi soit publiée ?

Savez-vous que seul un emploi sur deux est publié sur les job boards ? Le marché “caché “de l’emploi est énorme et maintenant vous le touchez du doigt.

 

Etape 6 : Créez votre CV .pdf (non nécessaire précédemment)

Combien d’entretiens comptez-vous passer dans l’ensemble ? Deux, dix, cent ? Votre CV doit changer sur certains éléments et c’est là le cœur de la stratégie. Il vous faut tout donner à chaque fois car votre but est que chaque entretien d’embauche soit le dernier, non ?

Les annonces que vous avez consultées comportent des mots-clés, des façons de présenter un métier que vous n’aviez peut-être pas décrit exactement de la même façon. C’est en ce sens que d’adapter votre CV va être important. Les job boards sont d’énormes moteurs de recherche qui sont basés sur une recherche par termes, ils ne sont pas des moteurs de “recherche sémantique” (pour le moment), c’est pourquoi faire coller votre CV à l’annonce est primordial.

Il vous suffit d’appliquer la même logique que lorsque vous cherchiez il y a 10 ans sur google “comment réparer une cafetière”, choisissez les bons mots-clés !

Pour créer votre CV facilement, exportez directement votre CV linkedin que vous adapterez avec les bons mots et les bonnes tournures de phrases. Pas besoin de passer des heures à choisir la couleur ou la typographie (sauf si vous êtes graphistes…). Votre métier n’est pas de faire des CV et vous allez devoir le modifier souvent, ne perdrez pas trop de temps.

Diffusez maintenant votre CV à jour sur les job boards mais… NE POSTULEZ PAS !

N.B : N’oubliez pas d’insérer en entête du CV un lien vers votre profil Linkedin ou vers votre site web.

Etape 7 : Patientez un peu

Cette étape est primordiale et ne dure que 24h/48h. Je vous conseille après avoir fait tout ce travail d’attendre quelques jours avant de passer à une autre annonce d’emploi que vous avez sélectionnée. Un tel engagement de votre part ne passera pas inaperçu auprès du recruteur s’il fait bien son métier.

Un recruteur consulte au moins une fois par jour les job boards ou reçoit une alerte dans la boîte email quotidiennement (appelé agent utilisateur)

Le recruteur va chercher des CV et trouver le vôtre car vous aurez les bons mots clés et un CV à jour mis en ligne la veille. Il aura aussi reçu la notification de vôtre visite sur LinkedIn et saura que vous êtes à l’écoute d’opportunités.

Etape 8 : La lettre de motivation

Inutile dans votre cas, c’est le recruteur qui va « presque » en rédiger une pour vous attirer dans ses filets. Acceptez d’en faire une si elle est nécessaire pour les process de la société, mais uniquement à la demande du recruteur. C’est assez rare donc je raye cette étape.

Etape 8 : Créer du contenu

Un vidéo expliquant votre métier, une réaction à une actualité, un article pour assoir vos connaissances et faire découvrir votre secteur. N’hésitez pas à commenter d’autres contenus et participer à des discussions. Votre combat c’est l’attention !

Profitez-en pour enrichir d’autres profils sur les réseaux sociaux que vous auriez ouverts au public : facebook, twitter, instagram, snapchat.

Etape 9 : Créer du contenu, encore !

Si vous souhaitez attirer l’attention, il est primordial que vous donniez l’occasion à votre réseau de parler de vous, plus vous aborderez de sujets différents plus vos chances d’augmenter le nombre de contacts augmenteront.

Rédigez également des recommandations (sincères) pour vos anciens collègues, peut être qu’ils feront de même pour vous !

Vous pouvez aussi tester d’écrire un article sur Medium.com et pourquoi pas donner votre avis de la plateforme à travers un article sur LinkedIn ? C’est un sujet qui intéresse beaucoup de monde car on en parle comme le destructeur des blogs WordPress. Vous pouvez parler de n’importe quel autre outil que vous auriez utilisé ! Créer du contenu n’est pas si difficile, les opportunités ne manquent pas !

Sur votre profil la catégorie “articles/posts” est plus qu’attirante, alors ne vous freinez surtout pas !

Etape 10 : Récoltez ou semez à nouveau

Vous seriez à ce stade capable de tuer quelqu’un s’il vous disait “les chômeurs profitent du système et ne font rien de la journée” et pour cause vous êtes tout le temps occupé !

Nous arrivons à la fin des étapes et vous devriez déjà avoir reçu un coup de fil, un email ou un message LinkedIn de la société que vous convoitez et je vous en félicite car vous n’avez toujours pas postulé !

Pourquoi cela va fonctionner ?

Selon vous, un recruteur qui a en mains deux CV de candidats :

– Le premier a postulé à une annonce avec un CV et une lettre de motivation sur un job board.

– Le deuxième (vous), n’a pas postulé mais a visité le profil du recruteur et du DG, possède exactement ce que cherche le recruteur, a réussi à retranscrire son métier facilement, est actif sur les réseaux sociaux, démontre ses capacités à écrire, discuter, créer de la valeur et partager. Peut être qu’il connait même un ancien salarié de la société. Son profil LinkedIn comporte des recommandations et des articles que d’autres membres ont à leur tour partagé.

Alors, vous choisissez lequel ? 🙂

LE BUT EST DE DEVENIR UNE EVIDENCE POUR LE RECRUTEUR

Renouvelez toutes les opérations jusqu’à obtention du résultat ! Evidement si vous comptez postuler à la NASA, au FBI ou INTERPOL là vous envoyez une candidature classique sans broncher!

______________________________________________________________________

Si vous suivez chaque étape, vous serez plus en confiance, mieux préparé à vos entretiens et aurez plus de facilités à négocier vos conditions de travail et votre salaire.

Le métier d’un DRH c’est d’être DRH. Il n’est pas comptable, charcutier, graphiste… Vous avez plein de choses à lui apprendre. Tout comme si vous recherchez des clients ils doivent comprendre pourquoi vous et pas un autre prestataire : ils choisiront toujours celui qui a compris leurs besoins et qui arrivera à les résoudre simplement.

Nombreux candidats postulent sans relancer, sans créer, sans s’impliquer. Ce ne sont pas de mauvais professionnels pour autant. Le fait de ne plus postuler peut changer pas mal de choses. Combien de recruteurs savent ce que c’est de rechercher un emploi ? Combien d’entre eux ont testé leur propre système ? Combien vous aiderons vraiment à y arriver que ce soit avec eux ou dans une autre boîte ? Ne vous découragez pas, oui il existe de bons patrons, oui vous tomberez sur un recruteur qui fait bien son boulot et oui vous devez penser à vous avant tout.

A force, vous allez créer votre propre système pour trouver un boulot ou des clients. Vous êtes finalement créateur d’une marque, la vôtre. Le personal branding est-il si difficile ? Assurément pas !

Merci de votre implication.